connexes

Plaidoyer pour les arbres

Un texte à lire, vraiment à lire (pour ma part, j’aurais juste enlevé le paragraphe sur la Terre-Mère) ! Extraits :
« Mais aujourd’hui tout prétexte est bon pour abattre des arbres […] Certains agriculteurs français, particulièrement, ont la haine de l’arbre (dendrophobie) et suppriment haies et bosquets à coup de tronçonneuses, sans aucune raison objective, dans l’inconscience des services rendus. Leurs comportements sont donc les mêmes avec les humains. On a parfois l’impression que ces hommes sont nés avec un bulldozer dans la tête (beaucoup moins les femmes). La prétendue rationalité économique est fausse et mensongère, mais elle est enseignée dans les lycées agricoles avec la force d’une loi absolue.[…] . Des millions de jardins « propres en ordre » forment aujourd’hui une nation tout entière galvanisée dans le culte du « progrès » et de la croissance économique. En quelques décennies on a vu la France passer de la « peur de la nature », bien stigmatisée par le naturaliste François Terrasson dans son livre devenu célèbre, à la « haine de la nature » dénoncée par le philosophe Christian Godin. Cette haine s’y pratique au quotidien : à mes yeux, le fanatisme de l’herbe rasée, des haies déchiquetées à l’équarisseuse, comme de la terre brûlée aux herbicides ou nivelée au bulldozer, relève d’une urbanité agressive et, pour tout dire, d’une logique de stérilisation militaire et barbare. Je mets en parallèle cette montée de la violence vis-à-vis de la nature avec la montée de la violence sociale. À l’autre bout de la chaine, il y a les attentats islamistes ; c’est la même chaîne d’irrespect et d’incivisme. […] Et sur toutes les routes de France, je suis horrifié et presque meurtri dans ma chair quand je vois les haies, lisières et talus déchiquetés au girobroyeur. Je dénonce la névrose des services routiers et municipaux qui partout en France vandalisent et guillotinent les arbres. » :
À lire ici -> Plaidoyer pour les arbres

au fil du temps

Photos de la journée 2015 (enfin !)

Bonjour à tous,

Tout finit par arriver ! J’ai enfin mis en ligne les photos de mai 2015 sur le site CCV – fêtes.
Ce serait bien d’avoir un petit récit de cette journée, en plus…

au fil du temps Relations extérieures

on avance ?

le courrier :

Pub-munic
observations brèves :

  • titre : Arboretum sans autre qualificatif, comme par exemple « Association », ou « Entreprise » voire « Etablissement » ?
  • paragraphe 1 : nous voilà rassurés, le « bulletin municipal d’information … relatera … les activités … associatives »
  • paragraphe 3 : action par ailleurs nommée partenariat Public-Privé ?

Il me reste deux questions :
L’association ACV est considérée comme une entreprise ?
ou, la Mairie de Chabanais ne connait pas plus l’arboretum que l’association qui le fait vivre ?

au fil du temps fêtes

Journées 2015

 

 

Cette année, les « Journées du Chêne-Vert » seront jumelées à :

– Journée internationale de la biodiversité

– Fête de la nature

– Découverte des Oasis Nature

fete 2015

Actualités au fil du temps

Chaumont, appel JBF

> Message du 23/12/14 12:38
> De : « secretariat jbf » <secretariatjbf@laposte.net>
> A : secretariatJBF@laposte.net
> Copie à :
> Objet : Appel à participation       Chaumont sur loire/JBF

Bonjour à toutes et à tous,

Notre association des « Jardins botaniques de France et des pays francophones » a été invitée à participer au prochain festival des jardins de Chaumont-sur-Loire.

Cette manifestation d’ampleur nationale est une vitrine exceptionnelle qui attire 400 000 personnes dans la saison.

Après en avoir discuté au sein du Conseil d’administration, nous avons décidé de répondre favorablement à cette invitation. Le jardin botanique de Nantes s’est proposé d’assurer le suivi du projet et a dressé une esquisse du jardin dont le fil conducteur sera les semences.

Nous avons besoin de l’aide du réseau pour collecter d’urgence un maximum de semences (en grande quantité) au pied des arbres/arbustes et de les faire sécher.

Il faudrait des graines (fruits) qui puissent se conserver durant une saison en extérieur (couvre-sol). Ce ne sont pas forcément que des graines extraordinaires

(glands de Quercus myrsinifolia, noix de Juglans nigra, fruit de Corylus columa, Gingko biloba, Liquidambar, Acer..)

Nous recherchons également des surplus de graines en petites quantités, des graines très belles (présentation dans des tiroirs),

mais aussi de vieux Index seminii, des enveloppes venant de l’étranger, des tamis…et tout autre objet que vous pensez intéressant pour le projet.

Pourriez-vous préciser à chaque fois la quantité et faire une photo ?

Pour la réalisation du jardin, nous aurons besoin de 4 équivalents plein temps pendant 2 semaines (vers mars). Avis aux volontaires, aux retraités dynamiques…

L’hébergement et la nourriture seront pris en charge par Chaumont.

 

Merci de prendre contact avec Pascale Guéguen : secretariatJBF@laposte.net, 06 72 81 82 25

 

Au nom de l’association, je vous remercie pour votre aide et votre soutien.

 

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.

 

Fanch LE HIR

Président de JBF

Jardins botaniques de France et des pays francophones (JBF)

Esplanade Linné

33000 BORDEAUX

Mél : secretariatJBF@laposte.net

au fil du temps

un pas de plus

(même si l’arboretum était déjà un Oasis)

http://www.humanite-biodiversite.fr/temoignage-oasis/notre-bienvenue-chez-vous

au fil du temps

fleur de saison

Cyclamen hederifolium

au fil du temps fêtes

Mai 2015 : « L’arbre voyageur, de la forêt au jardin » avec Alain Persuy

Comme cela était prévu, Alain Persuy est venu hier (lundi 11 août) pour faire connaissance avec l’Arboretum du Chêne-Vert et discuter de la future conférence de mai 2015.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le courant est très bien passé entre Alain Persuy, l’Arboretum et ses habitants, donc « marché conclu », il sera notre conférencier pour mai 2015 ! M. Persuy s’est montré très à l’écoute de nos attentes et capable d’adapter son discours à ce lieu bien particulier : ses connaissances, ainsi que sa conception de la nature et de l’environnement nous promettent donc une conférence très intéressante et très en accord avec le Chêne-Vert !

au fil du temps fêtes

JE M’EN FRICHE !!!

Alain Persuy, notre possible conférencier pour 2015, nous a fait cadeau de ce texte que lui a inspiré le site de l’Arboretum. Rencontré lors d’une conférence à Tusson, Alain Persuy est auteur de livres (À la découverte de la France sauvage, Le coteau calcaire, La forêt naturelle…) , photographe, et il est chargé de l’environnement au CRPF.

Nature, mon amie, ma compagne, qui de mes chemins ombrage les parcours, aux heures premières du jour, aux annonces pâles du crépuscule, je m’en friche !!! mal habillée ou mal peignée, tes cheveux fous mêlant la  ronce et l’églantier, la graminée et la  fleur sauvage, qui pourrait nier ta beauté ? Nature, ma confidente, qui ne juge ni ne méprise, mal réveillée, mal apprêtée, si loin des apparences et des fanfares, que tu ne sois pouponnée, maquillée, je m’en friche, le sais-tu ?

J’aime tes espaces spontanés, ces rêves de libre expression, opiniâtres, mal éduqués, refusant la mesure et la norme, la règle et la machine, et qui de l’homme n’ont besoin pour perdurer.

Derniers continents à la fragile virginité, jungles miniatures, que le poète sans doute apprécie plus que le scientifique ; les heures n’y sont comptées, les jours n’y sont relevés, les nuits n’y sont explorées : le petit peuple de plumes, de poils, et d’écailles s’y ébat en toute quiétude, sans nulle autre préoccupation que d’être. L’ombre et la lumière s’y marient aux rosées du matin,  et les parfums indisciplinés s’insinuent au creux des secrets végétaux. C’est un univers de calme et de mousses, d’épines et de nids cachés,  dont les pierres  sont les montagnes et les coulées de l’animal, les vallées.

Partout la vie y palpite,  se coule, s’insinue, se cache : les branches s’entendent pour y tracer des frontières vigilantes et murmurer à ses habitants, qui s’en vient les frôler. L’écho emmène sur ses épaules tendres les rires et les larmes, les soucis et les questions, les épand sur les mailles dispersées du manteau dont il se vêt ; dans ce pays de sauvagerie repose notre  chance de guérisons, le possible de notre respiration.  Qui connait ce monde à part, cet autre temps, parallèle à celui qui s’étourdit de sa course folle ? la friche est un trésor dont chaque pépite brille de mille feux pastels, qui n’est inutile que dans l’esprit de ceux qui sont aveugles à la dimension du mystère.

Que tu n’aies de valeur marchande, justement, je m’en friche. C’est là toute ta gloire et ta raison,

Ton élégance et ton irremplaçable quête.

 Que sur la Terre bétonnée vivent encore longtemps tes magies rebelles et sans papiers.

 

Alain Persuy

au fil du temps

un nouveau point de vue